Au service du developpement
local & citoyen

Des étudiants en soins infirmiers en stage à Matam

Depuis plus de 25 ans, ADOS accompagne des stagiaires de différents centres de formation d'Auvergne Rhône Alpes dans leur stage professionnel.

ADOS recrute

à Valence et à Matam (Sénégal)

Vous êtes ici

Développement local

Le Développement Local recouvre un vaste domaine : les besoins de base, écoles et centres de santé, puis l'accès à l'eau potable, les développement économique... via différentes formes de programme.

La coopération décentralisée, donne la possibilité à une collectivité locale de lier des partenariats avec des collectivités étrangères et de pouvoir y financer des projets dès lors qu’il y a signature d’une convention et respect des engagements internationaux de la France.

Dans ce cadre, le Départements de l’Ardèche est en partenariat avec les collectivités du  département de Matam (Communes, Communautés Rurales) au nord de la Région, le Départements de la Drôme avec celles du département de Kanel au sud, la Ville de Va-lence avec la Commune de Waoundé.
Les domaines d’intervention concernent l’éducation, la formation, la santé, l’accès à la ressource en eau…

Comment les programmes de coopération décentralisée sont-ils définis et mis en œuvre ?

  1. Signer une convention générale de coopération qui engage les deux collectivités dans un partenariat dont les principes généraux sont précisés dans la dite convention.
  2. S’appuyer sur les demandes locales émanant de larges concertations avec les populations et recensées dans les plans locaux de développement (PLD) de chaque collectivité sénégalaise.
  3. Choisir  des actions en fonction des priorités des PLD, des domaines où les collectivités du Nord et du Sud souhaitent s’engager, des possibilités financières des uns et des autres.
  4. Signer les protocoles opérationnels indiquant notamment les engagements financiers de chacun. Coté Sud, une contribution locale est obligatoire (la collectivité, éventuellement les bénéficiaires ou les associations de migrants). Coté Nord, les collectivités complètent leur propre contribution en sollicitant les appuis financiers du Ministère des Affaires Etrangères, de la Région Rhône-Alpes, de l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée…
  5. Mettre en œuvre les projets : ADOS, qui contribue en appui aux étapes précédentes, est désigné comme opérateur par une convention de maitrise d’œuvre signée avec les maitres d’ouvrages français et sénégalais. Sa mission porte sur l’appui à la maîtrise d’ouvrage, l’accompagnement auprès des bénéficiaires, la préparation des  projets, leur définition  et leur mise en œuvre technique et financière (marché de travaux, paiement des entreprises, réception des travaux). Ce mandat porte aussi sur les contacts avec les autorités sénégalaises, l’information et la réflexion collective de la population et la mise en place d’un comité responsable de l’entretien et de la gestion de l’équipement.
  6. Suivre la mise en œuvre des projets : des comités de pilotage composés d’élus et de fonctionnaires des Conseils Généraux se réunissent trois à quatre fois par an pour faire le point sur l’avancement des projets et prendre les décisions de réorientation qui s’imposent.

La capacité d’ADOS à accompagner des projets de coopération repose sur sa bonne connaissance du contexte sénégalais (ADOS présent à  Matam depuis 27 ans !), de son respect des institutions du pays et de l’articulation des projets aux politiques locales et nationales.

Pour ADOS, la réussite de ce mandat c’est non seulement la livraison des équipements dans les délais, mais aussi la certitude qu’ils sont adaptés aux besoins et prêts à fonctionner. L’enjeu est de s’inscrire désormais dans un cercle vertueux du développement où la pérennité des réalisations est prise en charge par les acteurs locaux. Le meilleur indicateur de réussite est que les équipements continuent de fonctionner sans ADOS et qu’ils puissent se répliquer.

Pour assurer sa mission d’opérateur, ADOS s’est dotée d’une équipe de salariés à Valence et à Matam qui sont en liaison permanente ; des missions de suivi-évaluation-programmation sont régulièrement organisées.

Les collectivités du Nord  (élus, fonctionnaires) effectuent une mission annuelle pour échanger avec leurs homologues sénégalais, observer les réalisations, préparer les programmes, signer les conventions.

ADOS recherche aussi d’autres partenaires en Drome et Ardèche : au-delà de l’appui institutionnel des deux départements, il s’agit de mobiliser des communes, structures intercommunales et entreprises autour de projets et micro-projets de coopération décentralisée, (accès à la ressource en eau, banque de céréales…), de formation technique, d’échanges économiques…

Retrouvez nous sur Facebook